Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La patte de Marcel

La patte de Marcel

Sujets relatifs à l'actualité footballistique

Premier League: Pep-Mourinho, la preuve par quatre

Premier League: Pep-Mourinho, la preuve par quatre

Ce samedi, Manchester United reçoit Manchester City à Old Trafford, pour le compte de la 4e journée de Premier League (11h30 GMT). L’affiche fait couler beaucoup d’encre et de salive depuis le début des années 2000, mais aura une saveur particulière demain dans le mythique stade des « Red Devils ». « Les frères ennemis » ont, en effet, revu leur stratégie, pour tenter, l’un, de reconquérir le fameux « big four », et l’autre, d’atteindre (enfin) les objectifs escomptés depuis le rachat du club par un fonds d’investissement d’Abu Dhabi en 2008.

United-City : Les rois du mercato estival 2016

Partant de ces principes, Manchester United a dû (une nouvelle fois) casser la tirelire pour enrôler, d’abord, José Mourinho en remplacement du technicien néerlandais Louis Van Gaal. Par la suite, l’international ivoirien, Eric Bailly, est arrivé en provenance de Villareal pour 38 M€, avant que Zlatan Ibrahimovic, libre de tout contrat avec le PSG, ne s’engage pour un ultime défi européen. Henrikh Mkhitaryan et Paul Pogba, devenu le joueur le plus cher de l’histoire du football, compléteront la liste des arrivées.

De son côté, City s’est également séparé de son Manager chilien, Manuel Pellegrini, qui a pourtant réussi à aller en demi-finale de Ligue des champions (une première) et difficilement éliminé par le futur vainqueur, le Real de Madrid (0-0, 1-0). Le Président Khaldoon Al Mubarak attire ainsi l’espagnol Pep Guardiola sur le banc des Citizens. Tour à tour, les allemands Ilkay Gundogan et Leroy Sané, l’anglais John Stones, l’espagnol Nolito, le chilien Claudio Bravo et le prodige brésilien Gabriel Jesus (qui est retourné en prêt à Palmeiras jusqu’en janvier 2017), adhèrent au nouveau projet. Autant dire que ce duel mancunien sera une véritable « star wars », surtout lorsqu’on sait que dans les différentes zones techniques, José Mourinho sera à côté de Josep Guardiola…

Pep-Mou, comme on se retrouve !

Saison 2009/2010, le FC Barcelone, champion d’Europe en titre, semble imbattable. Alors qu’il venait de réaliser un sextuplé historique, Pep Guardiola décide de se séparer de Samuel Eto’o et choisit Zlatan Ibrahimovic pour combler le secteur offensif catalan déjà emmené par Lionel Messi et Thierry Henry. Les rôles s’inversent. Le « Lion indomptable » rejoint l’Inter de Milan de José Mourinho tandis que le « géant suédois » signe chez les barcelonais. Comme par hasard, les deux clubs s’affrontent en demi-finale de C1. A l’aller, dans l’antre de Giuseppe Meazza, la surprise a lieu. Les « Nerrazzuris » l’emportent (3-1) et devront se serrer les coudes au Camp Nou. Expression prise au mot, puisque les italiens « refusent » de jouer et se contentent de défendre. Le but de Piqué n’y changera rien. Mourinho se dirige vers les tribunes pour charrier les spectateurs catalans. Contexte 1…

Le Président du Real Madrid, Florentino Perez, qui a dû jubiler ce soir-là, à l’instar de tous les « anti-FC Barcelone », a donc une idée en tête : recruter cet entraîneur qui a réussi à faire céder le rival. L’on croit alors, non seulement à un duel plus équilibré en Liga, mais aussi à une « decima », qui fuit le club merengue depuis une…décennie. Arrivé au Real Madrid, le « special one » ne répètera pas le même exploit. Pire ! Au Camp Nou, Guardiola, plus futé, change de stratégie et inflige au « special one » une manita. S’en suivront d’autres matches en Espagne en 3 ans, mais Mourinho n’aura pas eu un bilan satisfaisant face à Guardiola. Contexte 2…

Ayant été la figure de proue du projet du club londonien de Chelsea, depuis l’arrivée du milliardaire russe, Roman Abramovitch, José Mourinho retourne chez « les siens ». Le premier match officiel de la saison l’oppose au Bayern de Munich de…Pep Guardiola, en Supercoupe d’Europe pour un remake de la finale de C1 de l’édition 2012, remportée par les « Blues » aux penalties. Ce sera encore l’épreuve fatidique des tirs aux buts qui départageront les deux formations à l’issue d’un match complètement fou. Cette fois-ci, les allemands dominent les anglais (5-4). Contexte 3…

Bilan et perspective

En termes de confrontations directes, Guardiola dépasse Mourinho. Pour 16 matches joués, l’espagnol a gagné 7 fois, le portugais 3 fois et 6 matches nuls enregistrés. Mais niveau palmarès, il y a de quoi discuter. Le portugais a soulevé 8 championnats, 7 coupes nationales et 3 coupes d’Europe. Son taux de victoires en championnat s’établit à 68,81%. Guardiola, lui, en est à 6 championnats, 4 coupes nationales et 2 coupes d’Europe pour un taux de victoires en championnat de 78%.

Pour ce derby de Manchester, un quatrième contexte, bien différent, les opposera à l’occasion de la quatrième journée de Premier League, pour tenter de décrocher une quatrième victoire et se positionner on ne peut plus confortablement dans le « big four ». Aura-t-on droit à quatre buts dans cette rencontre ?

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Jérôme Vigneron 26/09/2016 15:23

Bonjour,
La Premier League sera plus qu’intéressant avec ces deux hommes sur le banc. Je m’attends à beaucoup de suspense cette saison.

La patte de Marcel 28/09/2016 12:57

Bonjour,
Même si City semble indétrônable ! On parlera plus, je crois, des 2e, 3e et 4e de cette PL...