Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La patte de Marcel

La patte de Marcel

Sujets relatifs à l'actualité footballistique

La Chine, terre promise des footballeurs ?

Il y a un peu plus de quatre ans, la Chine décidait, outre le volet économique qui l'a propulsée au rang de première puissance mondiale en 2014, d'enrichir son football. Et de quelle manière ! En effet, depuis lors, des joueurs de renom rallient le pays de Sun Yat-Sen. Mais est-ce pour autant que l'on peut espérer des lendemains meilleurs dans un pays qui, naguère, n'avait pas un si grand intérêt pour le sport-roi ? Si les débuts de cette nouvelle politique footballistique n'ont pas été rentables, force est de constater que ces vagues de départs d'Europe vers la Chine s'amplifient davantage, surtout en cette trêve hivernale.

2012-2015, Période de la "révolution"...venue d'Afrique

Le premier signal fort est envoyé au reste du monde en 2012 lorsque Didier Drogba, fraîchement champion d'Europe avec Chelsea, rejoint Nicolas Anelka, son coéquipier d'alors chez les Blues, au Shangai Shenhua. Le meilleur footballeur ivoirien y percevra un salaire de 248 000 euros par semaine, mais retournera en Europe (Galatasaray/Turquie), après l'affaire des matches truqués du football chinois.

S'ajoutera à cette liste déjà surprenante, l'arrivée de l'ex-barcelonais, le malien Seydou Keïta. Celui que d'aucuns voyaient se noyer dans le projet de jeu catalan et qui a réussi à faire plus que bonne figure dans l'effectif de Pep Guardiola, retente une nouvelle aventure, celle de signer au Dalian Aerbin, club tout juste promu en Chinese Super League. Avec un salaire annuel de 12 millions d'euros (le classant 8ème dans le top 10 des joueurs les mieux payés de la planète), l'ancien lensois régale dès ses débuts (4 buts, 2 passes décisives en 12 rencontres). Il résilie son contrat début janvier 2014 après 40 matches joués et 10 buts inscrits. 

En 2015, c'est au tour de l'international ghanéen, Gyan Asamoah, d'effectuer un passage en Chine. L'attaquant malheureux des Black Stars (il avait raté un penalty décisif contre l'Uruguay en quart de finale du Mondial 2010), qui a explosé les compteurs à Al Ain Club (Emirats Arabes Unis) en plantant 87 buts en 81 matches, s'engage au Shangaï SIGP. Il touche un salaire de 14,4 millions d'euros par an pour un contrat de deux ans (qui expire cette année). Déjà, en 17 apparitions, le natif d'Accra en est à 10 réalisations.

Tout comme Drogba, le sénégalais Demba Bâ signe en faveur du Shangaï Shenhua pour un montant de 13 millions d'euros, en juin 2015. Au contraire de Drogba, Demba Bâ arrive à séduire les fans du club dès sa première saison. Avec 25 buts en 35 matches, il s'affirme même comme l'une des stars du championnat. Mais ces statistiques seront stoppées par une très grave blessure lors d'un derby contre le Shangaï SIPG en juillet 2016 où il se fracture le tibia gauche. Sa carrière s'inscrit en pointillé mais l'international sénégalais suit une rééducation et pourrait retrouver les terrains. On le lui souhaite !

2016, Année de la confirmation

En janvier 2016, l'attaquant ivoirien Gervais Yao Kouassi dit "Gervinho", champion d'Afrique un an plus tôt avec les Eléphants, rejoint l'Hebei China Fortune FC, contre 18 millions d'euros en provenance de la Roma. Avec l'argentin Ezequiel Lavezzi (PSG/France), le camerounais Stéphane Mbia (Trabzonspor/Turquie) ou encore le français Gaël Kakuta (FC Séville), l'ivoirien découvre un nouveau championnat étranger après la Belgique, la France, l'Angleterre et donc l'Italie.

Le 30 juin 2016, le brésilien Givanildo Vieira De Souza, plus connu sous le sobriquet "Hulk", rejoint officiellement le Shangaï SIPG. Celui qui a fait les beaux jours du FC Porto surprend encore sur son choix (il fut courtisé par les plus grands clubs d'Europe avant d'atterrir au Zénith Saint-Petersbourg, en Russie). Mais si les autres joueurs cités en sont à leur première expérience en Asie, "Hulk" lui ne devrait pas avoir de mal à s'adapter, puisqu'il a déjà joué dans le championnat japonais. Il y perçoit un salaire annuel de 20 millions d'euros et y retrouve un entraîneur qu'il connaît bien, le portugais André Villas-Boas.

Quelques mois plus tard, c'est un autre brésilien qui rejoint le club. Oscar dos Santos Emboaba Junior (Oscar), qu'on a longtemps décrit comme un véritable espoir du football, quitte Chelsea après un bilan assez moyen avec le club londonien. La transaction s'élève à 70 millions d'euros pour une durée de deux ans et demi. L'international auriverde touchera près de 23 millions d'euros par an.

Mais le brésilien de 25 ans ne fera pas mieux que l'argentin Carlos Tevez. Passé par Manchester United, Manchester City, la Juventus de Turin et Boca Juniors, tout portait à croire que Tevez allait terminer sa carrière comme il l'a entamée. Que nenni ! Il quittera Boca Juniors impuissant face à l'offre mirobolante du Shengaï Shenhua. Dans ce club, l'Apache touchera 40 millions d'euros annuels pour deux saisons. Il devient le joueur le mieux payé de la planète !

Courtisé par le PSG et plus récemment la Juventus de Turin, le belge Axel Witsel choisit le Tianjin Quanjian FC. Plus que ce que les Bianconeris proposaient au milieu de terrain de 27 ans, le club chinois récupère le désormais ancien joueur du Zénith contre un montant de 20 millions d'euros. Il y touchera un salaire annuel de 18 millions d'euros. Honnête, le "Diable rouge" déclarera : "D'un côté, j'avais une proposition d'une grande équipe (...) la Juventus, d'un autre, j'avais une offre que je ne pouvais pas refuser pour le futur de ma famille". Une déclaration qui rappelle celle de Seydou Keïta lorsqu'il rejoignait Dalian Aerbin :  "Ça ne sert à rien de mentir : on joue au football pour gagner de l’argent tout comme on travaille pour en gagner. Je suis tout simplement un aventurier malien en quête d’argent et aider sa famille".

Qui a dit que l'argent ne fait pas le bonheur ?

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article