Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La patte de Marcel

La patte de Marcel

Sujets relatifs à l'actualité footballistique

CAN 2017 : L'équipe-type de la phase de poules

La phase de poules de la 31ème édition de la Coupe d'Afrique des Nations, Gabon 2017 s'est achevée ce mercredi avec quelques surprises. D'abord, le pays ôte a été sorti de la compétition, suivi d'une des nations favorites, l'Algérie. Mais on note surtout l'élimination du tenant du titre, la Côte d'Ivoire, placée dans le groupe C. Les affiches des quarts de finales sont donc connues et mettront aux prises, samedi 28 janvier, la Tunisie contre le Burkina Faso et le Sénégal face au Cameroun. Dimanche, on aura droit aux matches Ghana-RD Congo et Maroc-Egypte. L'occasion, en attendant, de dresser l'équipe-type du premier tour de la CAN 2017.

Gardien : Essameddine Kamal Tawfik El Hadary (Egypte)

Remplaçant lors du coup-d'envoi du match Mali-Egypte (0-0), le portier des Pharaons, Essameddine Kamal Tawfik El Hadary (plus connu sous le nom d'Essam El Hadary) est entré en cours de jeu, suite à la blessure du titulaire du soir, Ahmed Al Shenawy. Du coup, le gardien de 44 ans est devenu le plus vieux joueur à disputer une phase finale de CAN. Très vite, le terme « vieux » sera rangé aux oubliettes, tant le N°1 du Wadi Degla Sporting Club se fera distinguer par des sorties aériennes remarquables et des parades de grande classe. Et après 245 minutes disputées, il est parvenu à obtenir 3 clean sheets, contribuant grandement au statut de meilleure défense de son équipe durant ce premier acte (0 but encaissé en 3 matches).

Défenseurs :

Serigne Modou Kara Mbodj (Sénégal)

Grand artisan de la victoire du Sénégal contre la Tunisie lors de la première journée du groupe B (2-0) avec, notamment un but de la tête sur corner, le défenseur d'Anderlecht (Belgique) Serigne Modou Kara Mbodj a également su faire preuve de leadership, de pragmatisme et de solidité dans sa tâche habituelle en défense. A l'issue de la 2ème journée conclue par une qualification des Lions en quarts de finale, le Sénégal termine avec la meilleure défense. Malgré un effectif totalement remanié, à l'exception du natif de Mbour, promu capitaine, le Sénégal tient tête à l'Algérie, même si, à deux reprises, la défense a dû s'incliner (2-2).

Ali Gabr (Egypte)

Passé par l'Italie où il a entraîné l'Inter de Milan et Parme, le sélectionneur argentin des Pharaons, Héctor Cuper est un adepte du jeu en contre. Et pour ce faire, c'est connu, il faut assurer ses arrières. Sa pièce-maîtresse dans ce secteur demeure donc le défenseur du Zamalek, Ali Gabr. Lucide dans ses interventions, propre à la relance, l'ancien joueur d'Al Ittihad ne voudra sans doute pas s'en arrêter là, dès dimanche contre le Maroc.

Adolphe Teikeu (Cameroun)

Son physique rappelle un peu un certain Rigobert Song, en plus du fameux numéro 4 qu'il arbore. Sa manière de défendre, encore plus ! Teigneux, vif tout en étant posé (assez paradoxal), le défenseur camerounais du FC Sochaux-Montbéliard (France), Adolphe Teikeu a marqué son empreinte lors du premier tour de la CAN 2017. Ce qui ne fut pas chose aisée au départ quand on sait que les Lions indomptables sont arrivés au Gabon diminués par les absences de certains cadres, tels que Joël Matip, Choupo-Moting ou encore Stéphane Mbia.

Hamza Mendyl (Maroc)

L'une des particularités de la CAN, c'est qu'elle peut mettre en exergue un joueur inconnu au bataillon. C'est le cas du jeune latéral gauche marocain du Lille OSC (France), Hamza Mendyl. A 19 ans, ce dernier évolue dans le couloir gauche de la défense du club nordiste...du côté de la réserve ! Rien n'y fait, Hervé Renard a décidé de placer sa confiance en lui et il le lui rend bien. Son match référence reste celui contre la Côte d'Ivoire où le N°2 des Lions de l'Atlas a réalisé un excellent match ! Tout simplement...

Milieux :

Charles Kaboré (Burkina Faso)

Beaucoup n'ont toujours pas compris le choix de Charles Kaboré de poursuivre sa carrière en Russie, à Krasnodar. Sans doute, pour prendre du recul et ainsi mieux porter haut les couleurs de son pays, le Burkina Faso. Alors que d'aucuns voyaient le Cameroun et le Gabon passer en quarts de finale dans la poule A, les hommes de Paulo Duarte en ont surpris plus d'un. Cet exploit, les Etalons le doivent en grande partie à leur capitaine et homme fort de l'entrejeu qui nous fait découvrir, depuis son départ de l'Hexagone, qu'il est resté lui-même : solide et toujours aussi rapide quand il s'agit de jouer de l'avant.

Cheikhou Kouyaté (Sénégal)

Un capitaine pouvant en cacher un autre, le sénégalais de West Ham, Cheikhou Kouyaté a également justifié le choix porté sur sa personne de porter le brassard. Alors même si, côté relance, il lui reste encore quelques points à rectifier (d'ailleurs avec Gana Guèye à côté, le boulot est déjà assuré), Kouyaté impressionne de par ses interceptions et impose des duels à ses adversaires rappelant un certain Patrick Vieira (clin d'œil à Sam Allardyce). Une véritable force tranquille dans la tanière…

Denis Bouanga (Gabon)

Certes, il provient d’une équipe qui a connu un fiasco dans sa propre compétition, mais Denis Bouanga est l’une des révélations de ce premier tour (dommage qu’il ne puisse pas davantage étendre son talent). Le joueur de Tours FC, prêté par le FC Lorient (France), a prouvé que l’on pouvait bien compter sur lui, en tout cas pour les prochaines échéances, lui qui n’a que 22 ans. A l’origine du 1er but de la compétition (il effectue le centre-tir qui atterrit dans les pieds d’Aubameyang), polyvalent (il peut jouer excentré ou milieu offensif), rapide, tenace, puissant, audacieux, on se demande encore, comment les Panthères ont fait pour ne pas filer en quarts, avec (au moins) un joueur de la sorte !

Sadio Mané (Sénégal)

2 matches, 2 buts. On n’en attendait pas moins du bilan de Sadio Mané en ce début de compétition. Très vite buteur contre la Tunisie (2-0), il ne manque pas de récidiver contre le Zimbabwe (2-0). En compagnie de Pierre-Emerick Aubameyang et Riyad Mahrez, le joueur de Liverpool est considéré comme l’une des stars de la CAN 2017 (ce « trio » a également constitué le podium lors du ballon d’or africain). Et comme le football est parfois mystérieux, il sera le seul parmi ces stars nommées, à défendre les couleurs de son pays en quarts de finale.

Mohamed Salah (Egypte)

« L’outsider des stars » de cette CAN, voilà, à peu près comment était présenté Mohamed Salah au début du tournoi. Le joueur de l’AS Roma, souvent « victime » du style de jeu de son équipe et du mauvais état de la pelouse de Port-Gentil, n’a eu que très peu l’occasion de se mettre en évidence. Mais lorsque celle-ci s’est présentée, le N°10 égyptien ne s’est pas fait prier. Dans un match étriqué contre l’Ouganda, il délivre intelligemment la passe décisive qui mène à la victoire des siens dans les tout derniers instants (1-0). Face au Ghana, il permet aux septuples champions d’Afrique de décrocher la première place du groupe aux dépens des Black Stars, suite à un missile envoyé sur coup-franc dans la lucarne de Razak (1-0).

Attaquant

Junior Kabananga (RD Congo)

Là encore, peu de gens auraient parié sur Junior Kabananga à l’issue du premier tour. L’attaquant du FC Astana (au Kazakhstan SVP !) a été trois fois de suite décisif en autant de sorties avec les Léopards. D’abord face au Maroc, il signe l’une des premières sensations de la CAN avec un but qui permet aux congolais d’empocher les 3 points. Puis, contre la Côte d’Ivoire où, d’une tête surpuissante, il catapulte le ballon dans les buts ivoiriens (2-2, score final). Enfin, contre le Togo, il participe à la fête en inscrivant l’un des trois buts de son équipe, synonymes de qualification pour les ¼ de finale (3-1).

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article