Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La patte de Marcel

La patte de Marcel

Sujets relatifs à l'actualité footballistique

Mario Balotelli, why always you ?

Mario Balotelli, why always you ?

L'attaquant italien de l'OGC Nice, Mario Balotelli, a déjà mis les supporters des "aiglons" dans la poche. Si son arrivée en France était perçue comme un pari risqué, le club niçois, fort de son expérience avec un certain Hatem Ben Arfa, a balayé toutes les critiques allant dans ce sens. Oui, on peut donc oser l'affirmer, l'enfant terrible du football italien est sur le point de relancer (enfin) sa carrière. Mieux vaut tard que jamais, dit-on.

3 matches, 4 buts. Tel est le bilan actuel de "super Mario" avec l'OGC Nice. Pour un joueur dont on a toujours dit le plus grand bien depuis ses débuts dans le monde du football professionnel, son ascension (?) semble tardive. Tout a commencé avec un essai au FC Barcelone jugé infructueux par les dirigeants catalans. Cet échec l'oriente, malgré tout, vers l'Inter de Milan. De 2007 à 2010, le natif de Palerme joue 86 matches avec la bagatelle de 28 buts, souvent comme remplaçant de luxe. Piqué au vif lors d'un chaud-bouillant Inter-Juventus, où il a été victime d'injures racistes par les supporters de la "vieille dame", le N°45 ne cesse d'être au devant de la scène de par des frasques. Sans doute pour répondre (de la manière la moins subtile, certes) à ces gens ayant des préjugés sur lui. Même son propre entraîneur, José Mourinho l'écarte plusieurs fois du groupe pour des raisons disciplinaires. La goutte d'eau qui a fait déborder le vase fut son apparition lors d'une émission de télévision où il a "osé" arborer le maillot du Milan AC, l'un des "ennemis jurés" de l'Internazionale...

En 2010, il rejoint Manchester City. Même cas de figure chez les Citizens où ce sont des embrouilles avec ses coéquipiers et surtout son Manager et non moins compatriote, Roberto Mancini, qui finissent par le rendre (tristement) célèbre. Il joue 80 matches avec les mancuniens de City et inscrit 30 buts, dont un plein de finesse et de sang-froid contre le rival de toujours, Manchester United. La note la plus positive pour les fans ? Peut-être bien. Toujours en est-il qu'après trois ans passés du côté de l'Etihad Stadium, il rejoint le Milan AC. Cette apparition publique quelques années auparavant en disait alors long quant au choix du prochain club. Toujours avec son fameux N°45 (4+5 faisant 9, allez comprendre...), il réalise ses meilleures prestations, en tout cas, niveau chiffre. En 54 matches, il trouve le chemin des filets à 30 reprises avant de s'envoler pour Liverpool. Pour s'assurer de sa bonne conduite, les "Reds" incluent une charte de bonne conduite dans le contrat de Balotelli. Cette fois, ce sont ses prestations sportives qui sont décevantes, tout le contraire de ses passages précédents dans les autres clubs. En 28 apparitions, il marque à 4 reprises. De retour au Milan AC pour se relancer lors de la saison 2015-2016, il ne réussira pas à récidiver ses performances dans son club de cœur. Là encore, une vingtaine de matches seront disputés pour 3 réalisations à son compteur-buts.

C'est en dépit de ce contexte que Nice l'enrôle dans les tout derniers instants du mercato estival. La France le découvre dans le choc contre l'Olympique de Marseille à l'Allianz Riviera, comptant pour la 4e journée de Ligue 1. Dans ce match qui a tenu toutes ses promesses et remporté 3 buts à 2 par les locaux, Balotelli, désormais N°9, chez des rouges et noirs, se distingue de la plus belle des manières en s'offrant un doublé. Quelques jours plus tard, il dispute son deuxième match officiel avec l'OGC Nice contre Schalke 04, toujours à domicile, pour le compte de la phase de poule de l'Europa League. Transparent face à une équipe qui l'emporte au final (0-1), Balotelli est (déjà) sous le feu des critiques. L'entraîneur Lucien Favre ne le convoque pas à la Mosson contre Montpellier (1-1) sans doute pour lui permettre de souffler. Dans le derby de la Côte d'Azur d'hier, face au leader monégasque, c'est un vrai récital que lui et ses coéquipiers proposent. 4 buts inscrits contre zéro encaissé pour les niçois durant la rencontre avec, cerise sur le gâteau, un doublé de "super Mario", l'OGC Nice est même leader de Ligue 1. Scénario rêvé pour l'ancien milanais d'autant plus qu'il pointe à la 4e place du classement des meilleurs buteurs du championnat, à égalité avec le marseillais Bafétimbi Gomis, le parisien Lucas Moura et le toulousain Martin Braithwaite et avec deux buts de retard du peloton de tête composé du lyonnais Alexandre Lacazette, du parisien Edinson Cavani et du messin Mevlut Erding. Jusqu'à quand continuera-t-il ? Telle est la question...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Jérôme Vigneron 29/09/2016 15:50

Bonjour,
Merci pour cet article sur Balotelli. Je n’avais pas pu regarder son match contre l’OM et, le lendemain, quand j’ai vu sur http://live.clicnscores.fr/Football/ qu’il avait inscrit un doublé, cela m’a surpris. Beaucoup pensaient qu’il ne trouverait pas ses marques tout de suite, mais il a prouvé le contraire. Cependant, je pense qu’il faudrait attendre avant de dire si l’OGC Nice a fait un bon recrutement. Bolotelli est tellement imprévisible.